Skip to content

Noémie Lvovsky

13/03/2013 => Camille redouble

811846_poster_scale_188x250

Petite fraîcheur cinématographique sans grande prétention, mais très efficace. J’aime

18/10/2017 => Demain et tous les autres jours

1304225_poster_scale_188x250

Face à cette douce folie rien ne vaut ton doux imaginaire, car demain il te faudra affronter le réel de tous les autres jours. J’aime

Publicités

William Wyler

1939 => Les Hauts de Hurlevent

525407_poster_scale_188x250

Cinéma de minuit, c’est sur mais il faut le revoir

1953 => Vacances romaines

76197_poster_scale_188x250

Un grand classique du cinéma qui à fait rêver plus d’une femme.

1959 => Ben-hur

76181_poster_scale_188x250

Vous ne l’avez jamais vu… nous ne pouvons pas parler cinéma.

1962 => La Rumeur

76175_poster_scale_188x250

Un sujet très surprenant pour ce réalisateur mais qui reste d’actualité, et nous étions en 2011 quand je l’ai vu.

Robin Campillo

2003 – 24/01/2015 => Les Revenants

235512_poster_scale_188x250

SF avant-gardiste sur le traitement très administratif de phénomènes nous dépassant, d’ailleurs nous en avons un big brother, l’ONU. J’aime

20/09/2017 => 120 battements par minute

1342975_poster_scale_188x250

Mémorial cinématographique pour ceux qui sont tombés dans une guerre que certains d’entre vous n’ont pas connue et qui tue encore, dont acte . J’aime

J. Lee Thompson

1959 => Aux frontières des Indes

– Titre original : North West Frontier

268563_poster_scale_188x250

Aucune panique dans ce petit train qui parcours quand même une drôle de campagne, mais il est vrai que nous sommes avec le flegme anglais.

1961 => Les Canons de Navarone

– Titre original : The Guns of Navarone

268560_poster_scale_188x250

Ne cherchez pas ces géants, que nos beaux héros réussirent, malgré la dureté de la mission, à détruire. C’est une fiction de guerre.

1961 => Les Nerfs à vif

268556_poster_scale_188x250

N’est pas chasseur qui veut, même de nuit. Le prédateur, malgré le temps, n’a pas su attendre, ses bas instinct l’ont fait prendre. J’aime

1962 => Taras Bulba

268559_poster_scale_188x250

Du roman historique, nous aurons droit à des films qu’il vous faudra peut-être comparer pour en sortir un du lot.

1985 => Allan Quatermain et les mines du roi Salomon

– Titre original : King Solomon’s mines

268512_poster_scale_188x250

Sérieusement j’en suis resté à préférer la version de 1950, bien qu’à y regarder de prêt, les Allan sont toujours très bien coiffés.

Mike Leigh

1992 => Naked

55848_poster_scale_188x250

Le temps passe et mon cinéma m’échappe. A revoir

1996 => Secrets et mensonges

– Titre original : Secrets and Lies

63385_poster_scale_188x250

Les secrets de famille, qui n’en a pas, et certains sont énormes. Un très beau sujet intemporel.

2008 – 13.02.2012 => Be Happy

3618_poster_scale_188x250

La vie peut-être une douce musique, mais attention à la fausse note qui peut gâcher cette symphonie.

16.02.2011 => Another Year

294882_poster_scale_188x250

Petite comédie saisonnière sur le savoir cultiver sa vie pour bénéficier des meilleurs moments alors que d’autres laissent tout en friche et ne savent plus quoi faire de leurs mauvaises herbes. J’aime

2014 – 03/06/2017 => Mr. Turner

1269790_poster_scale_188x250

Mr. Turner, vous connaissez ? Turner, le peintre, il est évident que je connais. Hum ! je ne sais si nous parlons du même Turner. J’aime

Sylvain Chomet

1998  => La Vielle Dame et les pigeons

88074_poster_scale_188x250

Une de ces petites merveilles qui font de l’animation l’égale des films.

2003  => Les Triplettes de Belleville

88072_poster_scale_188x250

Sylvain Chomet commence a signer visuellement son univers et me donne à aimer encore plus un quartier ou j’ai vécu.

16.03.2011  => L’Illusionniste

295204_poster_scale_188x250

Sophie Tatischeff c’est tournée vers Sylvain Chomet pour finaliser le travaille de son père Jacques Tati et ce fut un bon chois. J’aime

Richard Kelly

2001 => Donnie Darko

79189_poster_scale_188x250

Il me faudra le revoir, le temps passe.

2009 => The box

79179_poster_scale_188x250

Un très bon film surfant sur deux styles différents sans qu’aucun n’étouffe l’autre, donc forcément du bon cinéma. J’aime